drapeau quebecdrapeau canada drapeau chine

Jacques Cartier

Lorsque Jacques Cartier a découvert le Canada, il est le premier Européen à découvrir l’érable à sucre et l’eau d’érable. Un Amérindien lui apprend que, dans sa langue, l’érable à sucre porte le nom de « Couton ».
 
Au chaudron !
 
C’est grâce au chaudron en fer apporté de France que nos ancêtres et les Amérindiens ont appris ensemble à fabriquer du sucre d’érable. Vers 1676, un missionnaire du nom de Chrestien Leclercq raconte qu’il a été témoin de l’utilisation d’un chaudron en fer par des Amérindiens et nos ancêtres pour fabriquer du sucre d’érable.
 
Nouvelle cuisine
Nos ancêtres ne connaissaient ni le maïs, ni les courges ou les haricots avant leur arrivée au Canada. Ce sont nos ancêtres qui ont fait connaître aux Amérindiens les fines herbes, les pommes et la farine. En partageant leurs connaissances, ils ont créé une nouvelle cuisine.
 
Louis XIV
Le roi Louis XIV raffolait des dragées et vers 1700, c’est une dame de Montréal, Agathe de Repentigny, qui lui en faisait parvenir en sucre d’érable, produit que l’on considérait alors en France comme une curiosité.
 
La banique
La banique (il existe plusieurs versions) était une galette faite à base de farine de maïs et de sucre d’érable. Les Amérindiens et les coureurs des bois apportaient sur eux la farine et le sucre d’érable lors de leurs déplacements, qu’ils mélangeaient à de l’eau et faisaient ensuite cuire afin de se constituer un repas qui leur donnait de l’énergie lorsqu’ils partaient pour de longs voyages.
 
Cabane à sucre
Les premières cabanes à sucre en planches sont construites autour de 1868. C’est aussi vers cette époque que l’on organise les premières parties de sucre à la cabane, répondant au besoin de nombreux urbains nostalgiques de leur campagne natale.
 
1889 : invention !
C’est au Québec que le premier évaporateur pour cabane à sucre a été inventé par les frères Small. L’évaporateur est une invention américaine du 19e siècle, mais elle a été adaptée à la production du sirop d’érable au Québec par les frères Small, qui brevètent leur invention en 1889. On abandonne ainsi progressivement le chaudron de fer pour cet équipement, qui permet d’augmenter la qualité et la quantité de la production.
 
La 1re conserve
Avant 1951, personne n’achetait du sirop d’érable dans une boîte de conserve de 591 ml! Quand on voulait s’en procurer, on achetait un gallon. Le dessin traditionnel apparaissant sur les conserves depuis lors provient d’un concours organisé par le ministère de l’Agriculture en 1951.
 
Le Quebecol ?
Le sirop d’érable du Québec est vendu dans plus de 50 pays. L’on trouve, dans notre sirop d’érable, une molécule (le Québecol) que l’on ne retrouve nulle part ailleurs dans la nature. Il contient également des acides aminés, des protéines, des acides organiques et des vitamines en quantité variable. Le Québecol fait partie de la famille des polyphénols, des molécules bénéfiques pour la santé.
 
source:www.jaimelerable.ca

 

sugarbush DS2 6781ramasse19501850.jpg  
sound by Jbgmusic